Home Documentation Fiches Fiche technique n°8 : Hygiène du bac
Erreur
  • XML Parsing Error at 1:3476. Error 9: Invalid character
Fiche technique n°8 : Hygiène du bac PDF Imprimer Envoyer
Jeudi, 08 Novembre 2007 11:30

Il faut mener une lutte quotidienne contre les nitrates, qui « empoisonnent » lentement mais sûrement le discus. Il est conseillé de maintenir ce taux en-dessous de 25 mg/l .

La filtration :

Les bactéries nitrifiantes , Nitrobacter et Nitrosomonas , transforment par réactions chimiques (oxydation) les matières organiques (restes de nourritures, excréments, urine, .) en ammoniaque, ammonium, nitrites (tous trois mortels si non dégradés rapidement) et enfin nitrates, toxiques à forte concentration : c'est ce qu'on appelle le cycle de l'azote. Il s'agit donc de mettre en place une filtration favorisant une grande colonie de ces bactéries, c'est pourquoi il est préférable d'installer un grand volume de céramiques , pouzzolane par exemple, qui servent de support aux colonies bactériennes en offrant la plus grande surface possible en contact avec l'eau.

Le débit d'eau à travers ces céramiques doit être suffisamment lent pour laisser le temps aux bactéries de se nourrir (en oxydant les matières organiques), tout en aérant la colonie car les oxydations dont nous parlons se passent en milieu aérobie (besoin d'oxygène). On conseille une puissance de filtration de 3 à 4 fois le volume horaire du bac.

Nettoyage des masses filtrantes :

  • Pour ne pas encrasser votre colonie de bactéries, pensez à mettre au début du filtre une mousse (perlon par exemple) qui va stopper les grosses particules. Cette mousse est à nettoyer chaque semaine ;
  • Les masses chargées des bactéries nitrifiantes sont à rincer avec de l'eau de l'aquarium à température habituelle si possible, une fois par mois, pas toutes en même temps, en dehors des changement d'eau. (Préférez les filtres proposant des « paniers » ou des compartiments séparés pour pouvoir rincer seulement une partie des masses, vous pouvez également mettre ces céramiques dans des bas de nylon).

Les changements d'eau : ils sont indispensables !

Si vous le pouvez, laissez votre eau déchlorurer avec un bulleur pendant 24h, puis chauffez-la avant de l'introduire lors des changements d'eau. On conseille, en plus d'une filtration correctement pensée, un changement régulier de 5 à 10 % par jour dans l'idéal (un système de goutte à goutte est vraiment un avantage !) En bac communautaire planté, il est possible de se cantonner à un changement hebdomadaire de 20 à 50 % selon la population et le nourrissage (plus le bac est peuplé, plus on nourrit, plus il faut renouveler d'eau).

En bac hôpital, n'hésitez pas à renouveler 20 % quotidiennement (en rajoutant la quantité de médicament retirée avec l'eau du changement)

Ce renouvellement a pour but d'enlever les nitrates produits par la filtration , et d'apporter des éléments nécessaires à vos pensionnaires (oligo-éléments pour les poissons et plantes). Les nitrates peuvent être dégradés en azote gazeux (inoffensifs pour vos poissons), mais cette dégradation se fait en milieu anaérobie, difficile à obtenir.

A propos du siphonnage : dans l'idéal, il est très bénéfique de siphonner le sol à l'aide d'une cloche large 15 à 30 minutes après la distribution de nourriture. Cela correspond à une vidange d'eau de 3 à 5 % (deux fois par jour.).

Les auxiliaires, produits.

Les plantes à croissance rapide sont consommatrices de nitrates et de phosphates. Elles peuvent vous aider à les limiter.

Le charbon actif : c'est un super-absorbant. de tout, y compris des vitamines et oligo-éléments. Il est soupçonné de favoriser l'apparition des « trous dans la tête » en créant une carence chez le discus. A n'utiliser qu'avec prudence, en fin de traitement médicamenteux, pour en éliminer les dernières traces.

La tourbe : elle permet d'adoucir l'eau (baisse de pH et de GH) en libérant des acides humiques, attention aux acidoses (chutes brutales de pH). A utiliser selon les indications du fabricant, quand il y en a, sinon, en surveillant très régulièrement ses paramètres (toutes les heures jusqu'à stabilisation lors de l'introduction, puis une à deux fois par jour la première semaine, pour ne pas se faire surprendre). Elle a une action légèrement bactéricide.

Le bulleur : il favorise les échanges gazeux, la contre-partie étant de réduire le taux de C02 dissout dans l'eau (le CO2 étant nécessaire aux plantes). Cette oxygénation fait monter le pH . C'est encore un équilibre à trouver !

Les résines anti-nitrates, anti-phosphates : Ces résines sont onéreuses mais efficaces, autant que de bons changements d'eau. Mais elles sont réputées pour « relâcher » du sel, et absorberaient les oligo-éléments. A surveiller.

Les conditionneurs d'eau : Leur utilité n'est pas avérée, même s'ils sont largement utilisés. Que deviennent les éléments liés ? Attention aux produits censés vous épargner les changements d'eau pendant x mois, c'est dangereux et faux.

Mise à jour le Vendredi, 27 Mai 2016 18:51
 

 

 

 

 

 


copyright ©2004-2016 - www.association-discus-passion.com- Tous droits réservés.

Hébergé par : 

O2switch

service pour surveiller le temps de disponibilité d