Découvrir le discus

L'anatomie du discus

Nous présentons ici quelques planches anatomiques et un peu de vocabulaire afin de mieux connaître l’anatomie de nos discus.

L'anatomie du discus

L'anatomie externe du discus

Anatomie du discus
  1. La bouche
  2. Les narines
  3. L’espace inter-orbital
  4. L’oeil
  5. Le front
  6. La tête
  7. Le corps
  8. Les rayons épineux
  9. La nageoire dorsale
  10. Les rayons mous
  11. Le pédoncule caudal
  12. Les rayons caudaux
  13. La queue
  14. La nageoire anale
  15. Les nageoires pelviennes
  16. Longueur totale du poisson 
  17. Longueur du poisson selon le standard américain
  18. Les nageoires pectorales
  19. La gorge
  20. L’opercule
  21. Le pré-opercule

L'anatomie interne du discus

Le squelette du discus

Représentation du squelette d'un discus

Neurocrâne: cavité osseuse contenant et protégeant l’encéphale (ensemble des centres nerveux).

Arêtes supradorsales: 28 arêtes articulées en leur extrémité avec les rayons mous de la nageoire dorsale.

Charpente osseuse où se fixe l’ensemble de l’ossature (neurocrâne, squelette de la nageoire caudale, hémapophyses, arêtes interventrales, arêtes supradorsales).

Squelette permettant la fixation et l’articulation de la nageoire caudale.

15 arêtes articulées en leur extrémité avec les rayons mous de la nageoire anale.

Basiventrales:
petites arêtes sur lesquelles viennent se fixer les arêtes de la cage thoracique protégeant les organes internes.

Les organes internes du discus

L'anatomie interne du discus

La photo ci-dessous présente un discus disséqué. Pour éviter de heurter la sensibilité des plus jeunes, elle est présenter sur cette fiche de façon réduite et quasi-transparente. Si vous souhaiter visualiser la photographie d’origine en grand format, il vous faudra cliquer sur l’image.

Photographie d'un discus disséqué
Photographie d'un discus disséqué sur lequel sont représentés ses principaux organes internes.

Plaque osseuse qui ferme l’ouïe des discus, permettant la protection de la cavité branchiale dans laquelle se trouve les lamelles branchiales.

Les opercules permettent la respiration du poisson, elles se soulèvent et s’abaissent pour permettre à l’eau de sortir ou de rentrer. L’eau qui ressort au niveau des opercules possède moins de dioxygène et plus de dioxyde de carbone. Les organes respiratoires du poisson sont situés entre la bouche et les opercules.

Organes respiratoire formant une surface d’échange permettant la filtration de l’eau afin d’en extraire l’oxygène dissout.

Chaque branchie, constituée de deux lames (également appelées feuillets), est soutenue par un arc branchial (= os branchial), des rangées de branchiospines (petites épines) permettent de retenir les particules alimentaires dans le larynx.

Chacune des lames branchiales est constituée de nombreux filaments branchiaux, portant transversalement de très fines lamelles branchiales fortement irriguées. Cette structure, filamenteuse et lamellaire, de la branchie augmente considérablement la surface disponible pour les échanges par rapport à une simple lame branchiale.

Les branchies sont protégées par le système immunitaire mais sont aussi un lieu de parasitose par divers microbes, champignons aquatiques ou invertébrés qui profitent de la proximité du sang et de la difficulté pour le poisson de les nettoyer mécaniquement.

Organe musculaire creux qui permet la circulation du sang pour irriguer les organes vitaux.

Le circuit sanguin forme une boucle unique : le sang va du cœur aux branchies, puis part irriguer le reste du corps avant de revenir au cœur, à l’intérieur duquel ne circule que du sang veineux.

La vessie natatoire, ou vessie gazeuse, se présente comme un sac à paroi mince rempli de gaz. C’est un organe des poissons osseux, elle détermine la profondeur à laquelle le poisson flotte dans l’eau et lui permet ainsi de se mouvoir à la profondeur qu’il veut en ajustant sa densité à celle de l’eau dans laquelle il vit.

La vessie natatoire se situe dans l’abdomen du discus, sous la colonne vertébrale. 

Des infections (virales ou bactériennes) peuvent perturber le fonctionnement de la vessie natatoire, avec éventuellement des conséquences graves pour le poisson.

Organe de purification du sang dont les déchets sont rejetés sous forme d’urée.

Pour les poissons osseux d’eau douce tels que le discus, le rein sert avant tout à éliminer l’énorme quantité d’eau entrée dans le corps (les régulations osmotiques et ioniques étant surtout assurées par les branchies).

Organe de la digestion permettant d’ingérer les aliments grâce à des sucs gastriques (Pepsine).

Le tube digestif et ses annexes sont concentrés dans la cavité abdominale. En dehors de l’époque de la reproduction, le tube digestif occupe presque toute la place. La bouche du poisson ne sert qu’à avaler ; il n’y a pas de glandes salivaires. En arrière des branchies, le tube débute par l’œsophage qui s’évase en estomac pourvu de cœcums pyloriques.

Glande génitale qui produit les gamètes et sécrète des hormones sexuelles.

Dans le cas d’un discus femelle, on parle de gonade femelle qui produira des ovocytes.
Dans le cas d’un discus mâle, on parle de gonade mâle qui produira des spermatozoïdes. 
Lors de la ponte, la femelle déposera les ovocytes produits par sa gonade sur un support (racine, pierre, feuille par exemple). Le mâle passe tout de suite après pour les féconder en expulsant les spermatozoïdes produit par sa gonade.
Une fois les ovocytes fécondés, on parle d’œufs. 

Partie du tube digestif ayant pour double fonction de digérer les aliments et de défendre organisme contre les microbes.

L’intestin est replié et débouche à l’anus situé en avant de la nageoire anale. Le foie est volumineux. Le pancréas est diffus. La digestion des poissons est analogue à la nôtre mais les ferments digestifs agissent à des températures beaucoup plus basses.

Le foie accumule les graisses et les sucres. Il produit de la bile qui sera stockée dans la vésicule biliaire. 

Reportage : la dissection d'un discus

Pour tous ceux qui voudraient en savoir toujours plus.

Pour aller plus loin dans le diagnostic des maladies des discus et la méthodologie à appliquer, voici une vidéo explicative permettant de réaliser soi-même ses prélèvements sur un discus. 

Un grand merci à pierreiqc, membre de l’ADP et partenaire via son site APC Snake Discus.

 

Pour rappel, une dissection ne doit jamais se faire sur un animal vivant. 
Les poissons que vous pouvez observer sur cette video étaient décédés et les “autopsies” ont été réalisées dans le but d’identifier les causes de leur décès.